Biographies des musiciens

Lucile Richardot . Alto.

Plongée dès ses onze ans dans le chant, au sein des Petits Chanteurs à la Croix de Lorraine d’Epinal (Geoffroy Jourdain), elle est d’abord journaliste jusqu’à l’âge de 27 ans. Elle intègre parallèlement le Chœur de l’Orchestre de Paris, A Sei Voci (Bernard Fabre-Garrus), le Chœur Figure Humaine (Denis Rouger) ou l’ensemble Le Palais royal (Jean-Philippe Sarcos). Elle entre au conservatoire Gabriel-Fauré du Vème arrondissement de Paris, en 2003, dans les classes de Roger Soyer puis de Michèle Command, et se forme également auprès de Christophe Le Hazif au Chœur de l’Orchestre de Paris. Elle a obtenu, en juin 2008, le diplôme du chœur d’adultes de la Maîtrise de Notre-Dame de Paris (Lionel Sow, Sylvain Dieudonné), où elle a pris part, durant trois ans, aux masterclasses de Margreet Hoenig, Noëlle Barker, Paul Esswood, Howard Crook, Martin Isepp, Rinaldo Alessandrini, François Le Roux, et chanté sous la direction de John Nelson, Michel Laplénie, Dominique Visse… Elle poursuit actuellement sa formation au CRR de Paris (ex-CNR, rue de Madrid), dans la classe de chant baroque emmenée par Howard Crook. Avec la Maîtrise de Notre-Dame, elle a enregistré le solo d’alto de la Messe Salve Regina d’Yves Castagnet sortie au disque en février 2008, s’est produite en soliste pour la série de concerts de l’été 2008 en la cathédrale et dans Le Messie de Haendel. Elle y prend toujours part à des concerts grégoriens, baroques et contemporains, en ensembles de solistes. On la retrouve en 2007 dans l’opéra Ottone in villa de Vivaldi, sous la direction de Gérard Lesne, à l’Abbaye de Royaumont, et dans des concerts de musique baroque, en duo avec ténor ou flûte à bec. Elle donnait également à Madrid et Barcelone, en avril 2008, des récitals de mélodies françaises et espagnoles, dont des créations de Denis Chevallier, résident de la Casa Velasquez. La même année, Il Seminario Musicale l’invite à chanter, en duo avec Gérard Lesne, les Leçons de Ténèbres de Couperin, au festival de Landshut (Bavière) notamment. Elle évolue aussi sur scène dans les chœurs du Poème Harmonique (Vincent Dumestre) pour la première tragédie lyrique de Lully, Cadmus et Hermione (tournée 2008-2009, reprise à l’Opéra Comique en 2010) et à l’Athénée Théâtre Louis Jouvet, en novembre 2009, dans The Rake’s Progress de Stravinsky, dirigé par Franck Ollu et mis en scène par Antoine Gindt. Membre des Jeunes Solistes/Solistes XXI (Rachid Safir) pour la création, début 2009, de l’opéra de Philippe Boesmans, Yvonne, Princesse de Bourgogne, sous la direction de Sylvain Cambreling à l’Opéra de Paris, puis à Vienne au Theater an der Wien, elle crée le rôle de la 1ère Tante d’Yvonne. Elle participe à une autre création d’opéra, Wüstenbuch de Beat Furrer, mis en scène par Christoph Marthaler, en mars 2010 à Bâle puis Berlin, toujours avec le Klangforum de Vienne et Les Jeunes Solistes. Elle se produit régulièrement avec Les Jeunes Solistes à l’amphithéâtre Bastille, au Festival de Salzbourg, à Angers, à Toulouse, à Gand, et avec l’ensemble vocal et instrumental Pygmalion (Raphaël Pichon) aux festivals de Saintes, La Chaise-Dieu, Arques-la-Bataille, Beaune, Noirlac… Au sein de Pygmalion, elle se joint avec bonheur à l’enregistrement des Messes Brèves de Bach – vol. II, chez Alpha, ainsi qu’à La Pellegrina avec le Capriccio Stravagante (Skip Sempé) à Ambronay, en octobre 2009. Elle sera prochainement soliste avec Les Paladins (Jérôme Corréas) pour le Magnificat en Mi b de Bach à Notre-Dame de Paris, La Chaise-Dieu et l’Abbaye de Lessay, avec la Maîtrise de Paris (Patrick Marco) et les Folies françoises (Patrick Cohën-Akénine) pour le Stabat Mater de Haydn aux Gémeaux de Sceaux, et avec Le Concert des Planètes (Alice Cota), dans un programme original de songs et fantasias anglais pour une voix et consort de violes. www.myspace.com/lucilerichardot

Retour à la page "Musiciens"

Connexion | Euterpia (c) 2010