Biographies des musiciens

Sébastian Monti . Ténor.

Né à Londres en 1984, de parents franco-italiens, Sebastian Monti débute le violon et l’orgue à l’âge de 10 ans au Conservatoire Couperin de Tournan-en-Brie. Très vite passionné par la musique des XVIIe et XVIIIe siècles, il s’intéresse également au répertoire vocal. En 2004, il intègre le Centre de Musique Baroque de Versailles en tant qu’étudiant-chantre de la maîtrise où il travaille le chant et aborde le répertoire baroque auprès de Gaël de Kerret, Hélène Dufour, Julie Hassler, Frédérique Desenclos et Arnaud Pumir. Il participe aussi aux master-class de Marteen Konigsberger, Alain Buet, Isabelle Poulenard, Isabelle Desrochers, Christine Schweitzer, Pierre Mervant ou encore Valérie Guillorit. En 2007, Jean-Claude Malgoire, François Bazola, Benoît Haller et Christine Schweitzer lui décernent, à l’unanimité, son diplôme d'études musicales de chant avec une mention très-bien. Parallèlement, il aborde le répertoire classique et romantique auprès de Micaela Etcheverry. En 2007, sous la responsabilité pédagogique d’Hervé Niquet, il participe à l’Académie Baroque d’Ambronay (consacrée cette année-là au Carnaval et la Folie d’André-Cardinal Destouches) et chante dans Cadmus et Hermione de J. B. Lully dirigé par Vincent Dumestre et représenté à l’Opéra-Comique. Depuis 2008, il chante régulièrement au sein du concert d’Astrée dirigé par Emmanuelle Haïm. Par ailleurs, il est aussi sollicité par Ton Koopman, Hugo Reyne, Pierre Cao et Jérôme Correas, Marek Stryncl, Michel Laplénie, Vaclav Luks, David Stern, Christophe Rousset,… Vous avez pu l’entendre dans le rôle titre d’Atys de Lully avec l’ensemble Almazis de Iakovos Pappas au Megaron d'Athènes, dans le rôle titre d'Actéon de Charpentier avec les Talens Lyriques sous la direction de Christophe Rousset au Théâtre Impérial de Compiègne, dans les Vêpres à la Vierge de Monteverdi à Prague et dans l'Officium defunctorum et le Requiem pour Auguste III de Zelenka à Beaugency, qu'il enregistre à Prague avec l'ingénieur du son Andreas Glass pour le label allemand Accent (sortie novembre 2010) sous la direction de Vaclav Luks (Collegium 1704), dans la Grande Messe en Ut de Mozart au festival “Musique en Morvan” sous la direction de Pierre Cao, dans  l'Evangéliste de la Passion selon Saint Jean de Bach à la Philharmonie de Berlin sous la direction de Gerhard Oppelt avec le Berlin Baroque, dans le rôle titre d'Orphée de Gluck (version original de 1774) à la Maison de la Musique de Nanterre sous la direction de Dominique Daigremont avec les Goûts Réunis, dans le rôle d'Apollon dans l'opéra Le Pouvoir de l'Amour de Pancrace Royer aux Théâtre Montansier à Versailles sous la direction de Patrick Bismuth, dans le Magnificat de Bach à Ambronay dirigé par Vaclav Luks et dans différents programmes de musique sacrée aux festivals de la Chaise-Dieu, Sablé, Ambronay, Pontoise, Poissy, Hambourg, Dresde et Prague. Prochainement vous pourrez l’entendre dans le rôle de San Giovanni dans La Passione di Gesu Cristo (1778) de Joseph Schuster au Ceske Muzeum Hudebny de Prague et à l’Annenkirche de Dresde sous la direction de Vaclav Lucks, dans Mikado de Gilbert & Sullivan ‘(rôle de Nanki-Poo) à l’Opera de Saint-Quentin avec l’ensemble Opera Fuoco sous la direction de David Stern et également dans Zanaida de Johann Christian Bach (rôle de Gianguir) à la Wiener Konzerthaus toujours sous la direction de David Stern.

Retour à la page "Musiciens"

Connexion | Euterpia (c) 2010